Bien-être

Des recherches récentes sur la consommation de pâtes affirment qu’en Italie, la consommation de pâtes est passée de 43 kg par personne et par an à 30 kg par personne et par an en 2014. Si avant nous mangions un peu moins de 120 grammes de pâtes par jour, la tendance de ces dernières années a conduit à consommer un peu plus de 80 grammes par jour. Les raisons?

Tout d’abord, il y a une idée fausse et tenace affirmant que les pâtes font grossir ou nuisent à la santé en raison de l’augmentation croissante des intolérances aux féculents et, par conséquent, au gluten.

La maladie cœliaque, à faible digestibilité, les régimes alimentaires trop riches en hydrates de carbone sont tous des conséquences de la consommation désormais consolidée d’un type de pâtes qui, pour des raisons commerciales, est produit avec des matières premières de matériaux de faible qualité et des processus de fabrication qui réduisent considérablement toutes les valeurs nutritionnelles des pâtes. Les farines ou les semoules des pâtes de grande consommation, proviennent souvent de blés durs d’origine non indiquée, et les processus de traitement sont toujours orientés vers les grands nombres qui, inévitablement, se traduisent par une réduction drastique de la qualité. Lorsque, par exemple, on regarde uniquement à une augmentation de la productivité en utilisant un processus de séchage de quelques heures à des températures élevées dépassant les 90 degrés, on obtient un produit dépourvu de valeurs nutritionnelles et une qualité de pâtes plastifiées à l’extérieur, souvent incorrectement appelées « al dente ». Les premières pathologies alimentaires liées à la consommation de pâtes sont la conséquence de ces multiples facteurs.

Nous sommes à présent habitués aux pâtes qui ne sont pas trop cuites et qui n’ont pas une vraie saveur et, par conséquent, nous ressentons le besoin de créer des assaisonnements souvent lourds et difficiles à digérer.

De plus, nous ne prenons pas en considération que 100 grammes de pâtes séchées lentement, apportent la même valeur énergétique de 180 gramme de pâtes séchées à haute température.

Quand on parle de pâtes faites avec des méthodes artisanales selon la tradition, on ne veut pas seulement donner de la valeur à un mot ou à un produit, mais on veut souligner comme, dans l’histoire de l’art des pâtes, il y a deux valeurs fondamentales: le bien-être et la santé d’une alimentation saine et le plaisir pour le goût d’un bon repas. La qualité des matières premières et un processus minutieux qui ne veut pas être orienté vers un grand nombre, implique la création d’un produit qui, à un coût légèrement plus élevé, nous permet de consommer quelque chose qui est bon pour notre corps et à nos sens.

Les tests de laboratoire montrent que les propriétés organoleptiques et les valeurs nutritives des pâtes de haute qualité, sont entièrement bénéfiques pour une alimentation saine: une haute teneur en protéines et la quantité de fibres et d’antioxydants présents dans les pâtes Columbro, rendent la consommation d’un plat de pâtes naturellement sain, savoureux même sans rien et, surtout, très digeste. Il suffit d’ajouter un filet d’huile d’olive ou un léger assaisonnement comme les sauces de la gamme 1800 Pregiata Dimora pour sentir et redécouvrir le vrai goût du blé dur et un état de bien-être résultant d’un repas hérité de la nature.

Parce que Columbro, depuis toujours, est convaincu que « mes enfants doivent pouvoir manger chacun de nos produits ».